Le non-verbal n’occupe pas toujours une place prépondérante dans une interaction !

Laure Ponthus
· 23 novembre 2021
Merhrabian remise dans le contexte

Depuis le milieu du 20e siècle, la communication non verbale fait l’objet de nombreuses recherches. L’un des pionniers en la matière est le professeur de psychologie américain Albert Mehrabian, dont les écrits n’ont cessé de faire l’objet d’interprétations, parfois erronées.

Dans les années 1960, Albert Mehrabian a mené deux expériences pour identifier la place du non-verbal dans la perception des émotions. Les conclusions de l’auteur ont été de dire que, dans le cadre spécifique de la communication de sentiments, le non-verbal occupe une place prépondérante. Ici, selon les conclusions d’Albert Mehrabian, la gestuelle, les attitudes et la tonalité vocale vont permettre de véhiculer l’essentiel du message que l’on souhaite faire passer. Toutefois, ces conclusions ne sauraient être généralisées car elles s’inscrivaient dans un contexte précis et émanaient de situations d’analyse spécifiques.

En effet, dans la plupart des contextes, le verbal occupe une place prépondérante. A titre d’exemple, dans le monde de l’entreprise, le verbal est au cœur des interactions. Ainsi, pour transmettre des messages ou des consignes, les managers utilisent le canal verbal. Cela parait difficilement réalisable sur la seule base des expressions faciales. Aussi, les entretiens annuels auxquels sont soumis la plupart des salariés sauraient difficilement se tenir sans le recours à la voix.

On peut également évoquer le contexte de la réalisation de ses courses. A ce titre, lorsqu’on se rend chez le boulanger, ce dernier pourra difficilement déterminer notre besoin sur la seule base de nos expressions et attitudes.  Il nous faudra dès lors exprimer notre demande via le canal verbal.

Comme nous pouvons le voir, la pensée originelle de Mehrabian ne saurait être détournée et généralisée comme le font ses contemporains. Dans la majorité des situations de communication, il parait en effet difficile d’exprimer ses besoins et souhaits sans avoir recours au canal verbal.

Voilà pourquoi nos solutions d’IA (intelligence augmentée) accélèrent la montée en compétences sur les softskills.